L’ESPOIR D’UN NOUVEAU TRAITEMENT POUR LES LEUCÉMIES LYMPHOÏDES CHRONIQUES ET LES LYMPHOMES À CELLULES DU MANTEAU

5 mars 2014 

Un nouveau médicament pour deux pathologies différentes ! Comment est-ce possible ? Parce que les mêmes cellules : les lymphocytes B sont anormales dans la leucémie lymphoïde chronique (LLC) et le lymphome à cellules du manteau (LCM). 

Les lymphocytes B jouent un rôle important dans les mécanismes assurant la défense de l’organisme contre les agents extérieurs (bactéries, virus, champignons…). Comme toutes les cellules, les lymphocytes B ont une durée de vie limitée, de l’ordre de quelques jours à quelques mois. Passé ce délai, ils meurent et sont remplacés par de nouveaux lymphocytes produits par la moelle osseuse.

Dans les LLC comme dans les LCM, le nombre des lymphocytes B est très augmenté, mais les causes de cette augmentation sont différentes. Dans les LLC, le contrôle de la prolifération des lymphocytes B est perdu. Dans les LCM, les  lymphocytes B parvenus à maturité ne meurent plus, leur cycle de vie étant en quelque sorte bloqué. Ainsi, dans ces 2 pathologies,  les lymphocytes B s’accumulent dans le sang, la moelle osseuse, les ganglions….
Une molécule, l’Ibrutinib, a été mise au point pour diminuer la quantité  de lymphocytes B.  Son intérêt clinique vient d’être démontré dans le traitement de ces deux pathologies. L’Ibrutinib est capable d’inhiber l’activité  de la tyrosine kinase BTK (Bruton’s tyrosine kinase) qui joue un rôle déterminant dans le contrôle de la prolifération et de la survie des lymphocytes B. L’inhibition de la tyrosine kinase BTK par l’Ibrutinib permet de  réduire le nombre des lymphocytes B.

Il a été rapporté récemment que l’Ibrutinib (donné par voie orale) induit une réponse dans 71% des patients atteints de LLC  (1) et  68% des patients atteints de LCM (2). Pour les deux maladies, les rémissions obtenues sont durables et les effets secondaires limités. Actuellement, des études sont réalisées afin de déterminer si ce médicament peut être utilisé seul ou en combinaison avec d’autres molécules.
Cet inhibiteur de la tyrosine kinase BTK représente probablement une étape importante dans le traitement de la LLC et du lymphome du manteau.

1- (N Engl J Med 2013 ;369 :32-42) 
2- (N Engl J Med 2013 ;369 :507-16)

Par ScienSAs'