Loïc, engagement et courage dans le combat

Loïc, papa d’une petite Rose de 8 ans qui en est aujourd’hui à sa cinquième année de rémission d’une Leucémie Aigue Lymphoblastique, est un bénévole très engagé auprès de Laurette Fugain depuis mai 2011.

« Je ne me rappelle plus ce qu’était ma vie avant ce combat là. »

« Comment avez-vous connu l’association ? »

« A l’époque ma fille Rose menait son combat contre la leucémie depuis près d’un an et un de mes meilleurs amis, Guillaume, a décidé de participer à la Course des Héros. Nous avons alors reçu de nombreux soutiens et tout cet enthousiasme m’a donné envie de m’investir pour l’association. Aujourd’hui  je réalise en tant que bénévole des interventions dans des entreprises et établissements scolaires sur l’importance des dons de vie et je forme de nouveaux bénévoles. Je participe aussi à des événements sportifs comme la Course des Héros, la Course des Pères Noëls et le Marathon de Paris afin de collecter des fonds pour la recherche contre les leucémies et soutenir tous ceux qui se battent contre cette maladie. Toute ma famille est investie : ma femme et sa sœur tiennent régulièrement des stands d’informations lors d’événements organisés par l’association et ma belle-sœur a organisé Rock for Life, un événement musical en soutien à l’association. »

 « Que vous apporte votre engagement auprès de Laurette Fugain ? »

« Cela m’apporte énormément ! Je me sens utile pour Rose et les autres malades. Je ne me rappelle plus ce qu’était ma vie avant ce combat là. Je me sens aujourd’hui beaucoup plus solidaire et engagé. J’ai l’impression d’apporter ma pierre à l’édifice, d’être une petite pièce dans un immense puzzle d’espoir. Aujourd’hui l’équipe de salariés et les autres bénévoles représentent pour moi une famille supplémentaire : énormément de bonheur et d’espoir émanent d’eux, même dans les moments les plus difficiles. Je me souviens le sentiment de victoire ressenti après être monté sur le podium des meilleurs collecteurs lors de ma première Course des Héros en juin 2011, alors que Rose était entre deux phases d’aplasie. Je me souviens également que lors de sa dernière hospitalisation Rose n’avait pas pu faire la course des Pères Noël. Des bénévoles étaient venus lui faire faire un tour en traineau. Ma fille a pu momentanément retrouver le sourire. »

« Quel est votre meilleur souvenir en tant que bénévole ? »

 « J’en ai tellement qu’il est difficile de choisir. Le plus récent est celui de ma rencontre à l’hôpital Saint Louis, lors de la préparation du dernier Marathon de Paris, avec Mériem, 24 ans, atteinte de la même forme de leucémie que ma fille. Nous avons échangé sur son combat, celui de Rose et c’est naturellement qu’elle a souhaité me voir courir pour elle. Comme tous les héros que j’ai vu jusqu’à présent, Meriem m’a donné une belle leçon de vie : elle est courageuse, toujours souriante et solidaire. Suite au marathon, je lui ai donné mon T-shirt pour lui donner de l’énergie dans son combat. »

 « Quel message souhaiteriez-vous faire passer à tous ceux qui mènent ce combat contre la leucémie ? »

 « Nous avons communiqué régulièrement sur le quotidien de notre famille face à la maladie. Je conseillerais aux autres parents de faire de même, car c’est ainsi qu’on réalise qu’il existe beaucoup de petites joies simples. Puis cela mobilise : nos connaissances ont vécu le combat à travers celui de Rose et font ainsi des dons pour la recherche contre les leucémies. Beaucoup sont également devenus donneurs de sang ou de plaquettes et se sont inscrits sur le fichier des donneurs de moelle osseuse. Quant à ceux qui hésitent à devenir bénévoles : venez-voir ! Chacun a son domaine de compétences et peut aider l’association et les malades à sa manière. »